CONSTRUCTION D’UN ENSEMBLE IMMOBILIER DE LOGEMENTS ET DE DE SOHO – PARIS 18

PARTI PRIS PAYSAGER

La nature en ville, c’est l’adaptation au changement climatique, l’amélioration énergétique, la réduction des pollutions, la maîtrise du ruissellement, le développement des jardins solidaires, le maintien de la diversité biologique… autant de services que la nature en ville rend parfois déjà sans qu’il y paraisse, et dont la reconnaissance et le développement permettront aux villes de mieux répondre aux attentes des citoyens.

L’intérieur de l’îlot est un espace collectif destiné aux habitants de ce nouvel ensemble. Le dispositif paysager proposé ici s’inscrit, tant dans l’esprit que dans le traitement, dans la continuité du grand jardin central de cet îlot, tout en préservant des transparences et des continuités visuelles avec les traitements paysagers de l’espace public.

LE JARDIN CENTRAL, LE PATIO

La strate basse occupe l’essentiel des espaces du patio. Cette strate est essentiellement constituée de pavés enherbés dans les parties découvertes et de ces mêmes pavés mais à joints secs pour les parties couvertes (circulations, parvis). Ce traitement de sol résiste au piétinement d’une fréquentation régulière tout en étant accessible aux PMR. Au centre du patio un zone de pleine terre accueille la plantation de 2 arbres de moyen développement. Cette zone de pleine terre n’est pas recouverte de pavé (au sens de l’article UG13.1.1 du PLU).

Le jardin collectif que nous proposons ici, constitue un lieu majeur d’échanges entre les différents habitants. Celui-ci participe activement à l’animation des rez-de-chaussée, et doit pouvoir jouer ponctuellement un rôle dans la structuration du futur quartier.

Cet espace commun en extérieur est confié à la gestion de la loge de gardien, située en son coeur, face au gradin, et qui côtoie un Local Commun Résidentiel susceptible d’accueillir les initiatives ou réunions des habitants.

Des espaces de détente sont aménagés autour du jardin : on y retrouvera du mobilier urbain, des tables et des fauteuils complétant les niveaux d’assise offerts par le grand gradin de bois situé au pied de l’émergence H1. Ce lieu sera ouvert aux échanges entre les personnes, mais sera aussi un lieu studieux où l’on pourra travailler à proximité des espaces d’activité des SoHo.

LE TOIT JARDIN DE BIODIVERSITÉ

Qu’il s’agisse de jardins naturalistes, de jardins de pluies, ou de biotopes plus sauvages, l’objectif en ville est toujours de réconcilier l’urbanité et le vivant, le minéral, le végétal, mais aussi l’animal.

Le sujet traité ici est la proposition d’un îlot de biodiversité urbaine dite « ordinaire », en lui dédiant en totalité les toitures du socle SoHo, sans nécessité d’arrosage intensif ni traitement phytosanitaire.

Des butes de terre d’une épaisseur variant de 30 cm à 80 cm viendront modeler cette toiture du socle des SoHo où seront plantés des essences locales, plantes et arbustes, abritant une faune urbaine. Ces emprises jardinées sont bordées d’un ourlet garde-corps qui prend la forme d’un boitier en maille métallique, support de végétation mais aussi des gîtes pour la faune. Concernant le risque de mortalité des oiseaux, d’une manière générale, le socle de SoHo comme les émergences H1 et H2 n’offrent pas de surfaces vitrées réfléchissantes de grande ampleur, ni d’angles vitrés, ni d’arbres se réfléchissant sur les façades.

L’objectif de qualité paysagère poursuivi est :

• de mobiliser et d’organiser les moyens pour valoriser la biodiversité.

• de réguler/d’atténuer les excès du climat urbain, les îlots de chaleur, par l’apport d’une zone d’humidité, d’ombrage, de perméabilité des sols.

• D’évoquer les aspects agréables de l’environnement qui ne sont ni appropriables, ni quantifiables en valeur monétaire mais qui sont appréciées par la création de valeur et d’ampleur des vues sur la nature proche et lointaine, les étendues non bâties et l’esthétique des sons de la nature, des odeurs (plantes odorifères, sols après la pluie) ou la valeur de la nuit noire (une attention particulière est accordée au positionnement des luminaires, encastrés ou suspendus aux plafonds des coursives et des espaces couverts périphériques).


MOA : Vinci Immobilier Ile de France 
ÉQUIPE :  Armand Nouvet architecture et urbanisme, Data Architectes, Wild Paysages 
LIEU : Paris 18 
MISSION : Conception et Maîtrise d'oeuvre
SURFACE : 1300 m2
COÛT :
ANNÉE : 2019
Date

14 novembre 2019

Category

Jardin, Siège Social, Terrasse, Ville